Page Facebook de Pagachey Fil Twitter de Pagachey Compte Instagram de Pagachey Page Google + de Pagachey Épingles Pinterest de Pagachey

Le mouvement Slow food en 2018, toujours plus d’actualité

Campagne Slow food en 2018 - FoodForChange - Rappels des bonnes actions pour l'environnement

La lutte contre les industriels et leur produits bons marché chimiquement transformés ne date pas des années 2000 ou 2010. Déjà en 1986 cette prise de conscience était née, et le mouvement slow food aussi.

Slow food versus fast food

Vie rurale et plaisir des aliments locaux, voilà ce que promouvaient des Italiens, à l’origine de ces combats. L’installation d’un McDonald’s en plein de coeur de Rome achève de renforcer les troupes contre la mal nutrition. C’est une lutte forte qui prend naissance, pour réduire l’écart entre les habitants modestes contraints aux produits industriels transformés, et les populations aisées qui consomment grâce aux petits producteurs, qui eux-mêmes ne s’en sortent plus face à la concurrence des géants de l’agroalimentaire. Dans ce contexte, un besoin de réduire les circuits de production, les quantités produites et par conséquent la vitesse des échanges. Le mouvement slow food est né, et trente ans plus tard, ce qu’il pointait du doigt est plus que jamais dans le collimateur des consommateurs responsables.

Petrini, figure de proue du mouvement Slow food

Carlo Petrini, fondateur du mouvement Slow food, a lancé en 2004 Terra Madre, une communauté regroupant tous les acteurs défenseurs des produits alimentaires sains, et à leur production locale. Identifié dans les années 2000 comme l’une des personnes majeures dans le monde pouvant « sauver la planète ». L’expression est forte, mais des journaux importants comme Time Magazine ou The Guardian, le citent ainsi. Il est donc une des figures majeures de la lutte contre la malbouffe.

Campagne Slow food en 2018 - FoodForChange - Rappels des bonnes actions pour l'environnement

Actions actuelles du mouvement Slow food

Dans la continuité de ces actions, 2018 s’est déroulé sous le signe de Food for change. La campagne de communication, son hashtag se mettent au goût du jour, de l’année, mais les actions de fond attendues restent les mêmes. Celles-ci sont réalisables par chaque citoyen dans les situations classiques : Quand on fait ses courses, en cuisine, à table… Elles incitent à diversifier ses produits, et se baser sur leurs qualités nutritionnelles plutôt que sur leur aspect. Acheter des produits  locaux et de saison est conseillé, en les emballant dans des matériaux recyclés. Pour éviter le gaspillage, rester attentif aux date de péremption, faire du compost, cuisiner le plus possible restent des impératifs ! Enfin Food for Change incite à éviter au maximum la viande, et à ne pas se tourner vers le poisson issu d’élevage intensifs – ce que certains parmi les flexitariens ont déjà commencé à faire.

Les acteurs du mouvements slow food sont nombreux en France, et une carte vise à les recenser. Partez à la rencontre de ces ambassadeurs du mieux manger, et pourquoi pas, devenez-le vous-même.

170 vues au total, 1 vues aujourd'hui

Pas de mots clés

170 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Laisser une réponse

Il faut être inscrit pour poster un commentaire (sinon cliquez sur l'onglet Facebook).