Le 16 octobre – Journée contre le gaspillage alimentaire

Le 16 octobre, une date qui chaque année se fait davantage remarquer. Emblématique du traitement des produits alimentaires et de leur consommation responsable, elle a évolué au cours du temps. Aujourd’hui elle représente officiellement la lutte contre le gaspillage des aliments.

Le choix du 16 octobre

La raison de ce choix remonte à bientôt 75 ans.

Le 16 octobre est avant tout la date de la création de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (plus souvent évoquée par FAO pour Food and Agriculture Organisation) en 1945.
Cette date devient en 1980 la Première journée mondiale de l’alimentation.

La date continuant de s’adapter à son époque, elle est depuis 2013 celle représentant la journée de lutte contre le gaspillage alimentaire.

Une plate-forme recensant toutes les initiatives anti-gaspi a d’ailleurs été créé pour cette date : Son site s’appelle logiquement 16octobre.fr.

Un gaspillage en France à enrayer

Vous croisez souvent ces chiffres, dans votre cantine, en allant au supermarché, ou bien dans les transports en commun. Sans compter la télévision et internet 🙂 Mais il ne fait aucun mal de les rappeler, mais s’ils piquent un peu.

Chaque année en France, on jette 29 kilos de nourriture par personne, soit au total 6 millions de tonnes de déchets alimentaires.
Au même moment 3 millions et demi de personnes demandent de l’aide pour se nourrir.

Parmi les 29 kilos de chaque Français, on constate ainsi 13 kilos de fruits et légumes, et 7 kg de produits non déballé.

Les mauvaises habitudes de consommation

Ne rien gâcher est pourtant la priorité de la grande majorité des consommateurs. Enfin en principe, parce que dans la réalité, les choses se passent autrement.

Exemple avec le fameux plat copieux qu’on a préparé, qu’on consomme le soir, puis qu’on met dans un Tupperware au frais en pensant qu’on le consommera le lendemain.

Finalement, une fois le plat dans le frigo, 2 ou 3 jours s’écoulent et à l’issu, on se rend compte qu’il n’est plus consommable, donc on le jette.

Des astuces anti-gaspi et solutions concrètes existent pour éviter cela. Si vous habitez une zone urbaine ou avec une densité de population élevée, vous n’avez pas vraiment d’excuse pour ne pas agir autrement.

Les personnes de votre voisinage, ou que vous avez l’occasion de croiser au quotidien sont toutes potentiellement intéressées par ce que vous ne consommerez pas. Et vice-versa, des aliments ou boissons qu’ils proposent peuvent venir remplir vos frigos et placards.

16-octobre - Journée mondiale contre le gaspillage alimentaire
Avec un minimum d’organisation on peut tous éviter de mettre à la poubelle ce qui est encore consommable.

L’IDF au Top !

Les poubelles d’Île-de-France sont les mieux nourries de l’hexagone avec plus de 100 kg de nourriture jetée par an et par habitant. Les Franciliens sont les plus gros gaspilleurs de nourriture. Gros respect !

Quant à la région de l’Auvergne-Rhône-Alpes, du Limousin, du Poitou-Charentes, et du Centre, avec moins de 70 kg d’aliments jetés, leurs sont les plus économes.

Si l’on n’a pas les bons réflexes et la discipline pour suivre ce que l’on a chez soi, et à consommer rapidement, autant s’en séparer au plus vite. Des solutions de partage de nourriture, à l’instar de Pagachey, existent.

Pour rappel, Pagachey est une solution gratuite de partage de ce qu’on a en trop dans ses placards et frigos. Cela fonctionne, que l’on soit un particulier, un commerçant ou restaurant, ou une asso. À utiliser dans son voisinage, au travail, au sport, ou au club que l’on fréquente régulièrement.

Le coût du gaspillage

N’oublions pas que le gaspillage coûte à chaque français entre 100 et 160 euros par an en moyenne, soit l’équivalent de 12 à 20 milliards en France.

Entre 20 et 30 de la nourriture produite est jetée à un moment de la chaîne alimentaire. Par exemple :

  • Une salade verte sur deux est jetée en France.
  • Un restaurant collectif de 500 convives gaspille l’équivalent de 10 tonnes de nourriture par an. Soit 22 000 repas pour un coût moyen de 33 000 euros par an.

Le 16 octobre comme exemple pour tous les autres jours de l’année

Par souci économique, écologique, d’altruisme, ou de simple respect de ce qui est produit pour être consommé, profitez de la journée du 16 octobre pour vous sensibiliser aux solutions concrètes existante afin de limiter votre gaspillage alimentaire.