Que désignent les sigles DLUO, DDM, DLC, DCR ?

DDM, DLUO, DLC ou encore DCR…on voit ces sigles partout en grandes surfaces et sur nos produits alimentaires. Cependant, pour beaucoup d’entre nous, ces dates dictent nos conduites et peuvent entraîner une confusion à leur sujet. Ce qui nous amène ainsi à nous questionner sur leur véritable signification. 

Le manque de compréhension et de sensibilisation autour de ces dates conduit à un taux de gaspillage alimentaire énorme. D’après une étude européenne : seulement 40% des consommateurs comprennent ce qu’est une DDM , 47% pour la DLC  et 1/4 pense que la signification de la date dépend du type de produit sur lequel elle est accolé. Nous prouvant alors qu’un manque d’informations subsiste autour d’elles. Ainsi nous allons faire le point et définir leur réel sens, pour vous éviter de gaspiller vos aliments inutilement. 

Quelques données chiffrées ? 

Les dates de péremption jouent un rôle essentiel dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. En effet,  selon une étude commandée par la Commission Européenne et publiée en février 2018, on estime que plus de 10 % des 88 millions de tonnes de denrées alimentaires gaspillées chaque année sont liées aux dates inscrites sur les produits. Soit une valeur comprise entre 3 et 6 milliards d’euros tout au long de la chaîne alimentaire. Ces dates sont alors responsables de 20% du gaspillage alimentaire dans les foyers et sont la plus grosse source de gaspillage dans la grande distribution. 

L’origine des dates de consommation ? 

Les dates de péremption sont apparues en France après la Seconde Guerre mondiale. Elles sont devenues obligatoires en 1984, puis imposées par le règlement européen INCO en 2011 à tous les États membres.

Elles servent essentiellement d’indicateurs, concernant les principes sanitaires et de précaution. Juridiquement parlant, il est obligatoire de renseigner la date de péremption sur l’étiquette, afin de permettre aux consommateurs d’avoir une transparence de l’information (selon l’INCO, règlement 1169/2011).

Comment les dates de péremption sont-elles fixées ? 

C’est en interne que les industriels et les producteurs fixent les dates de péremption. Pour les calculer, les fabricants ont recours à plusieurs méthodes. En effet, l’objectif est de déterminer à quel moment les qualités gustatives et esthétiques du produit vont décliner, mais également quand les pathogènes vont rendre le consommateur malade. Les industriels analysent l’aliment en laboratoire, en observant les variables sensorielles, comme l’odeur ou la saveur tout au long de la phase de vieillissement du produit. Il mesure le moment où la flore microbienne pathogène se développe et devient alors un danger pour la santé du consommateur. Il est donc essentiel de rappeler que ces dates sont seulement indicatives. Elle reste basée sur des estimations et non pas des faits réels constatés. 

Y voir plus clair dans toutes ces dates, pas facile !
Y voir plus clair dans toutes ces dates, pas facile !

Quelles sont leurs significations ? 

La DLC, autrement dit “Date limite de consommation”. Elle se traduit par les mentions “à consommer avant le” ou “à consommer jusqu’au” sur les emballages,  suivie de l’indication du jour, du mois et éventuellement de l’année. Elle se retrouve sur la plupart des produits frais tels que les poissons, viandes ou produits laitiers. Passé cette date, le produit peut être dangereux pour la santé. La DLC est donc qualifiée de date limite impérative.  

À savoir : Si la chaîne du froid est interrompue durant la période de consommation définie par la DLC. La marge de sécurité raccourcira encore la durée de vie du produit.

Passons ensuite à la DDM, anciennement appelée DLUO qui signifie : “Date de durabilité minimale”. Elle se traduit par la mention “à consommer de préférence avant le”. La DDM est surtout présente sur les produits secs. C’est le cas par exemple des pâtes, du café, des gâteaux secs, des boîtes de conserve…. Une fois la date dépassée, le produit peut être consommé sans danger pour la santé, mais peut perdre de ses qualités gustatives ou nutritives (baisse de la teneur en vitamines par exemple). La DDM est donc une date indicative, si un produit possède une DDM dépassée, il peut être encore consommé ou mis en vente sans risque

On vous a trouvé un schéma réalisé par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation pour mieux comprendre le concept de la DLC et la DDM : 

Parallèlement, nous avons la DCR, qui correspond à la date de consommation recommandée. Elle a été créée uniquement pour connaître la durée de conservation des œufs. Elle est fixée à 28 jours après la ponte. Si la DCR est dépassée et que vous souhaitez savoir si vos œufs sont toujours consommables. Pagachey vous partage une super astuce anti-gaspillage ! 

Il vous suffit tout simplement de remplir un récipient d’eau froide, puis de plonger un œuf dans l’eau. Si celui-ci coule au fond du récipient, ça veut dire qu’il est très frais et encore consommable. 

Au contraire, s’il remonte à la surface, il n’est plus frais et il est préférable de le jeter. Enfin, si l’œuf se maintient au fond mais à la verticale, cela signifie que l’œuf a vieilli mais qu’il reste consommable. Dans ce cas, mieux vaut le consommer rapidement et cuit de préférence. Dans une recette de gâteau ou en œuf dur par exemple.

Un quatrième indicateur figure parfois sur certains emballages : la date après ouverture qui s’accompagne de la mention “à consommer avant X temps après ouverture”. Ce concept est très important, car il faut savoir que les emballages ont un effet protecteur sur le produit. Il évite que certains micro-organismes pénètrent dans l’aliment et le rendent potentiellement dangereux à la consommation. Il est donc préférable de respecter cette référence, notamment lorsqu’il s’agit de produits frais.

Enfin, il existe un dernier indicateur nommé la date de congélation. Elle correspond à la date à laquelle le produit a été congelé. Cette date est obligatoire pour certains produits comme les viandes congelées, ou les produits non transformés de la pêche congelés (poissons, fruits de mer…). Elle s’exprime sur la mention : Produit congelé le …” suivie du jour, du mois et de l’année.

Toutefois, peu importe ce que vous mangez, avant de consommer n’oubliez pas d’observer, de goûter et de sentir les produits concernés avant de les jeter. 

Si vous souhaitez davantage d’informations sur le sujet, on vous invite à visionner ces reportages :

Vidéos informatives

On est plus des pigeons

https://www.youtube.com/watch?v=3wOiyVOWg9U 

Tout compte fait

https://www.youtube.com/watch?v=N9eEd7HWfcs
15 vues, dont 0 aujourd'hui