Cultiver ses propres fruits et légumes en ville

Depuis quelques années on constate un vrai intérêt des Français concernant la provenance de la nourriture qu’ils achètent. Les consciences évoluent au niveau de l’impact écologique que peut avoir chaque achat. Avoir son propre potager fait donc rêver de plus en plus de monde. Mais comment cultiver ses propres légumes lorsque l’on vit en ville ? On voit pourtant de plus en plus d’herbes aromatiques sur les balcons, et les fabricants proposent des bacs dédiés au potager en appartement. C’est pourquoi nous avons à cœur, chez Pagachey, de proposer quelques pistes pour cultiver ses propres légumes n’importe où, et vous aider à faire pousser fruits et légumes en intérieur.

Où cultiver ses propres légumes en ville

Depuis plusieurs années, le rêve de cultiver ses propres légumes et fruits en ville n’est plus inaccessible. De nombreuses solutions ont été pensées pour rendre ce projet réalisable, et ce quelle que soit la surface ou le type d’espace dont vous disposez. Que ce soit sur internet ou en jardinerie, de nombreux outils ou meubles ont été pensés pour répondre à cette demande croissante.

Le balcon

Avoir son potager en appartement est d’autant plus facile si on dispose d’un balcon. Un des principaux avantages est que, contrairement à un jardin d’intérieur, l’écosystème va avoir un rôle. Des abeilles et insectes pourront venir butiner vers les plantations.

Un balcon permet aussi plus facilement de disposer des jardinières et des grands bacs. Cela augmente le choix de fruits et légumes qu’on peut faire pousser mais aussi la quantité.

Le rebord d’une fenêtre

Il est possible de cultiver ses propres légumes sans balcon en profitant de la lumière offerte par les fenêtres.

On peut y suspendre des jardinières à l’extérieur : dans ce cas attention à bien les fixer pour des raisons de sécurité.

Sinon, il est simplement possible de poser ses pots sur le rebord intérieur. Il faut bien penser en amont à rendre cela facile pour pouvoir ouvrir la fenêtre en cas de besoin.

Enfin, il faut privilégier des fenêtres qui ont un ensoleillement durant la journée, et donc éviter la façade Nord.

Le potager d’intérieur

Avoir un potager en appartement, c’est possible. Encore faut-il disposer d’une pièce suffisamment lumineuse : un manque de lumière défavorise la pousse et la croissance. En plus, il faudra arroser le potager plus souvent car avec la profondeur limitée des pots d’intérieur la pousse aura soif plus souvent.

Les techniques pour améliorer sa production

Le matériel

Débuter dans le potager d’intérieur demande parfois quelques aménagements. En effet tous les fruits et légumes n’ont pas besoin des mêmes outils ou conditions pour pousser.

Pour certains, il faudra les faire pousser dans des bacs, pour d’autres des petits pots en terre suffiront.

Concernant la terre, investir dans un terreau de potager peut permettre d’améliorer la production de manière non négligeable. Il est en effet constitué de nutriments favorables à la pousse des plantes. On le trouve très facilement en jardinerie. Avoir son potager chez soi, c’est aussi l’occasion de cultiver bio. On évite tout ajout de pesticide, produit chimique ou pesticide. Si besoin, il est possible de trouver des méthodes naturelles pour venir à bout des parasites ou des maladies.

Astuce : si vos légumes ont tendance à se noyer, vérifiez que vos bacs ou pots disposent de trous d’évacuation. Vous pouvez aussi placer des petits cailloux au fond, sous la terre, pour faciliter l’évacuation. Poser vos pots sur une soucoupe peut aussi permettre à la plante de n’absorber que ce dont elle a besoin.

Adapter sa production à son espace

Les fruits et légumes n’ont pas les mêmes besoins que les aromates par exemple.

Les premiers pousseront plus facilement en extérieur, sur un balcon, en étant en contact avec l’écosystème environnant. Les fruits et légumes poussent moins bien en intérieur : les faire pousser dans des bacs dehors est donc la meilleure option.

En revanche les herbes aromatiques demandent peu d’entretien et peu d’espace. Il est même possible de les cultiver directement dans une cuisine.

Cultiver ses propres légumes et fruits : les plus simples à faire pousser à partir de restes

Si vous pensez ne pas avoir la main verte, nous avons pensé à vous proposer une sélection de fruits et légumes très simples à faire pousser et à entretenir. Grâce à nos conseils nous espérons vous faire sauter le pas pour cultiver vos propres légumes à partir de vos restes.

Si vous préférez aller vite, vous pouvez acheter directement en jardinerie des graines ou des plants. L’avantage de ces derniers est qu’ils sont déjà prêts, il n’y aura donc pas à attendre aussi longtemps avant de pouvoir récolter vos fruits ou légumes.

Si vous optez pour des graines, veillez bien à les planter pendant la bonne saison pour maximiser vos chances d’obtenir de beaux résultats.

Les fruits les plus simples à faire pousser

L’ananas

L’ananas est un fruit très facile à faire pousser, encore faut-il y penser. Il suffit, au moment de le consommer, de couper de manière nette le haut, juste sous les feuilles, pour conserver ces dernières.

Une fois cette partie soigneusement coupée, il faut la placer dans de l’eau et à la lumière. Un bol, un bocal ou même un verre peuvent faire l’affaire. Les feuilles peuvent jaunir pendant le premier mois, et de nouvelles peuvent aussi apparaître.

Lorsque des petites racines apparaissent, il suffit de le planter dans un pot sans oublier de retirer les quelques feuilles mortes éventuelles. Il est possible de changer le pot au fur et à mesure qu’il grandit.

La tomate

Faire pousser des tomates chez soi demande un peu plus de temps et de matériel, mais cela reste très accessible.

Concernant le récipient, il faut couper une bouteille en plastique dans la longueur, en perçant quelques trous pour l’évacuation de l’eau. On tapisse ensuite le fond de quelques pierres et de terre, puis on vient déposer les graines de tomates dessus. Ensuite, on recouvre ces dernières d’une très légère couche de terre.

Il faut ensuite humidifier une feuille de journal puis la déposer sur la terre, et enfermer le tout dans un sac en plastique qui va permettre de conserver l’humidité.

Après cinq jours les graines devraient avoir germé : il suffit alors de les planter en terre, sans trop les arroser.

Les légumes les plus simples à faire pousser

La carotte

Sur le même principe, il est possible de faire pousser des carottes à partir de leur tête coupée. Pour cela il faut les immerger jusqu’à environ mi-hauteur.

Les carottes étant plus sensibles, nous conseillons d’essayer avec plusieurs têtes, car certaines peuvent simplement pourrir. Sinon, des bougeons font leur apparition après une dizaine de jours.

Une fois que les racines sont développées (de quelques centimètres), il suffit de les planter dans un récipient profond, comme une bouteille d’eau.

L’oignon

C’est un légume extrêmement rapide à faire pousser chez soi. C’est une bonne option pour commencer, car les résultats en quelques jours peuvent donner envie de persévérer avec d’autres fruits ou légumes plus lents à pousser.

Il suffit de conserver 2 à 3 cm de l’oignon, avec les racines, puis de le mettre dans de l’eau. Cela prend généralement une bonne semaine pour pouvoir avoir un nouvel oignon à consommer.

La salade

Lorsqu’on consomme une salade fraîche, garder son pied peut permettre de la faire repousser. En plaçant le pied coupé à environ 3 centimètres du bout dans de l’eau, et en l’immergeant seulement à moitié près d’une fenêtre, on peut obtenir des nouvelles racines en deux semaines.

On la met ensuite en pot, et il suffit de l’arroser et d’attendre. La nature est bien faite…

Un environnement urbain permet d'être proche de la nature, plus qu'on ne le pense
Un environnement urbain permet d’être proche de la nature, plus qu’on ne le pense.

Les aliments « racine » les plus simples à faire pousser

Le gingembre

Rien de plus simple que de faire pousser un peu de gingembre chez soi. Il suffit d’en couper un petit morceau et de le planter dans la terre.

Le seul bémol est qu’il faut être patient, puisque le gingembre met ensuite plusieurs mois à sortir de terre.

L’ail

Rien de plus simple que de faire pousser de l’ail. En effet, il suffit de planter une gousse entière dans de la terre (5cm de profondeur sont suffisants). Une fois la plante poussée, on déterre l’ail entier, et on peut de nouveau replanter une gousse.

Les herbes aromatiques

La coriandre

Faire pousser des herbes aromatiques chez soi est relativement simple. Pour la coriandre par exemple, il suffit de laisser quelques brins dans de l’eau.

Lorsque les racines ont atteint une bonne taille, il faut simplement les mettre en pot. De nouvelles feuilles apparaissent après quelques semaines, il n’y a plus qu’à déguster et renouveler l’opération si besoin.

Le basilic

Comme pour la coriandre, il suffit de faire tremper dans un verre d’eau quelques tiges de basilic. Celui-ci aime le soleil, il est donc conseillé de le placer près d’une fenêtre. Une fois des petites racines apparues, il est temps de les planter dans un pot.

Inspiration : exemples d’implantation

Quelle que soit la place dont vous disposez, pensez à placer ensemble des légumes compatibles entre eux. Un placement judicieux permet en prime de lutter naturellement contre les maladies et les parasites. Par exemple, associez les tomates et les oignons.

Pour le balcon

La solution la plus simple consiste à placer des bacs, pots ou jardinières sur votre balcon. Tout s’y prête, mais pensez à bien placer des soucoupes en dessous afin de recueillir l’excédant d’eau.

Il est possible de placer les jardinières le long de la façade du balcon, ce qui permet en plus de limiter l’éventuel vis-à-vis avec les voisins. Les jardinières peuvent parfois être suspendues plus ou moins facilement en fonction du type de balcon : quoi qu’il en soit il faut veiller à bien sécuriser l’installation pour éviter les chutes.

Si la surface disponible sur le balcon est restreinte, il est possible d’aménager des étagères et d’y poser des conteneurs.

Enfin, avant de disposer les plantes, il est judicieux d’observer la part d’ensoleillement du balcon pendant la journée, afin d’éviter les parties trop au soleil ou trop à l’ombre. Si il y a souvent du vent, il faut alors disposer un pare vent pour protéger les pousses.

Pour l’intérieur

Il est important d’aménager votre potager dans un espace ensoleillé, clair et aéré.

Les légumes à feuilles comme la salade ou les épinards sont particulièrement adaptés à une culture en intérieur car ils ont peu de racines. Les légumes à racines auront besoin de place et de profondeur, il faut donc éviter de les planter trop près les uns des autres.

Bon à savoir : comme les racines auront moins de place pour grandir en pot qu’en extérieur, il est judicieux de tailler les feuilles et les tiges afin que les légumes aient de la place pour se développer.

Et pour allier l’aménagement du potager à la décoration intérieure, de nombreuses idées existent. Par exemple, une jolie desserte à roulettes peut décorer un mur en plus d’être facilement déplacée à l’ombre ou au soleil. Au dessus d’un plan de travail ou sur un mur, des jardinières suspendues en macramé sont du plus bel effet. Une petite serre en verre peut également orner le dessus d’un meuble tout en offrant les conditions adéquates pour certaines plantes.

Enfin, penser à bien les conserver dans le frigo pour la plupart.

Pour la cuisine

Les herbes aromatiques ont l’avantage d’être faciles d’entretien et peuvent prendre peu de place. Un petit pot peut offrir du basilic pour plusieurs mois par exemple.

Il est donc facile d’intégrer ces petits pots à la décoration, en les posant sur le plan de travail ou sur la table.

Il existe aussi des fixations murales créées spécialement pour les aromates, sur lesquelles on peut faire pousser plusieurs variétés. C’est très esthétique en plus d’être utile.

Les fruits et légumes à éviter en intérieur

Compte tenu de l’espace restreint en intérieur, certains plants ne sont pas recommandés.

C’est par exemple le cas des courgettes, des melons ou des pastèques, qui prennent beaucoup de place.

Le kiwi et la sauge sont aussi à proscrire. De même, les agrumes ou arbustes (framboisier…) ne conviennent pas à une production intérieure.

Quelle quantité cultiver dans un potager intérieur

Vous êtes prêt à vous lancer, mais ne savez-pas quelle quantité de fruits, légumes ou herbes aromatiques faire pousser ? Il est en effet important d’y penser en amont pour ne pas avoir de récoltes trop volumineuses, surtout si vous faites votre potager dans une pièce de votre appartement.

Voici donc ci-dessous des propositions de quantités adaptées à deux personnes. Ces quantités sont bien sûr données à titre indicatif pour ces quelques fruits et légumes. Elles sont à adapter en fonction des habitudes de consommation. On peut commencer par une plus petite quantité et l’augmenter si besoin est, afin d’éviter le gaspillage alimentaire.

Astuce : avant de vous lancer dans la grande aventure du potager intérieur, listez les fruits, légumes ou aromates que vous consommez le plus. Comparez ensuite leur facilité d’adaptation en intérieur ou en petit espace, puis choisissez une quantité à planter pour chacun d’entre eux. Cela vous permettra d’estimer en avance la quantité de pots et de terreau à acheter, et donc de savoir si votre projet est réalisable compte tenu de l’espace dont vous disposez.

Quantités moyennes pour un couple

Trois plants peuvent suffire pour l’ail, le brocoli, le poivron, les tomates et le chou. Pour les asperges, les haricots, les oignons, les poireaux et les radis on recommande une dizaine de plants. Les concombres, le piment, la courge d’été et l’aubergine devraient être produites en quantités suffisantes avec un ou deux plants.

Si vous disposez d’un potager extérieur partagé, vous pourrez alors planter des légumes plus volumineux. Par exemple, une dizaine de plants de salades, un ou deux plants de courgettes et de melons, et une dizaine de plans de betteraves.

Où faire pousser quand on a peu de place

Les jardins partagés

Devant l’engouement des personnes vivant en milieu urbain pour le jardinage, de plus en plus de villes créent et proposent des espaces partagés dédiés aux potagers.

Il existe différents types de potagers partagés, et chacun peut avoir ses propres règles. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre mairie pour savoir si de tels aménagements existent dans votre ville ou dans votre quartier !

Les potagers collaboratifs

Ce sont des potagers complètement collaboratifs, où la terre y est cultivée en commun. Il faut souvent s’inscrire, car ces potagers reposent sur la bienveillance et la bonne foi de tous ceux qui s’en occupent.

Ils sont le plus souvent pensés comme de véritables espaces d’échanges et permettent de créer ou de maintenir du lien social en plus de s’occuper des fruits et légumes. Ils se transforment souvent en espaces pédagogiques pour les jeunes, qui peuvent par exemple y découvrir la permaculture. Il n’y a donc pas de production personnelle dans ce type de jardin collaboratif.

Les jardins partagés à espaces délimités

Dans ces jardins, chacun se voit attribuer un espace qu’il loue. Cela permet de vraiment choisir quels fruits, légumes ou aromates on veut faire pousser, tout en profitant d’un espace à ciel ouvert.

Ce petit espace de terre permet de se connecter un peu plus à la nature et à s’ancrer, ce qui n’est pas toujours évident lorsque l’on vit au rythme de la ville.

En plus, pour les personnes qui ont un compost de maison, c’est l’endroit idéal pour s’en servir : il va minimiser l’effet des polluants présents dans cet espace urbain. En plus, vous réduirez vos déchets tout en produisant de la nourriture, c’est donc un cercle vertueux à mettre en place pour un mode de vie plus sain.

Les jardins sur le toit

Les toits plats des immeubles sont propices à l’installation de potagers urbains. Il y a de l’espace, de l’ensoleillement, et cela offre en plus une isolation supplémentaire à l’immeuble. C’est en plus un lieu propice pour la venue des abeilles.

Innovation : les serres connectées

Il existe maintenant des serres connectées qui permettent de faire pousser des fruits et légumes en intérieur, notamment grâce à un éclairage artificiel. Ce dernier est conçu pour reproduire un ensoleillement naturel.

C’est un outil parfait en cas d’appartement peu lumineux ou même pour cultiver des fruits et légumes même en hiver.

Les serres connectées sont souvent reliées à une application sur smartphone. Cette dernière indique par exemple quand il y a besoin d’arroser les plantes.

Les avantages de la serre connectée

Quand on débute en jardinage, surtout si on vit en appartement, acquérir une serre connectée permet de se rassurer. Grâce à l’application, il est facile de savoir quand il y a besoin d’arroser, et l’éclairage est géré automatiquement.

De plus, une serre connectée permet d’utiliser la juste quantité d’eau nécessaire et évite le gaspillage.

Les inconvénients

Comme tout gadget high tech, il est possible d’en devenir dépendant au point de ne plus savoir observer les plants pour savoir de quoi ils ont besoin.

L’utilisation d’une serre connectée implique une consommation d’électricité, même si elles sont souvent fabriquées avec des lampes LED à basse consommation.

Les modèles de serres connectées

Il existe différentes gammes de prix. La différence va se jouer sur la taille de la serre, l’automatisation ou non de l’éclairage et de l’arrosage, et sur le modèle.

Certaines serres connectées sont en effet plutôt destinées aux aromates et d’autres plutôt aux fruits et légumes.

Bilan : Cultiver ses propres légumes en ville, c’est facile !

Que l’on vive dans un petit appartement ou un grand, que l’on dispose d’un balcon ou pas, il est tout à fait possible de cultiver son potager en intérieur. Pas besoin d’être un bobo pour ça, il suffit d’un peu de matériel (très basique) et surtout d’un peu de patience.

Si vous ne savez pas par où commencer, les herbes aromatiques sont un bon moyen de débuter. Cela égayera vos plats et vous aurez la satisfaction de voir des résultats rapidement. Vous pouvez aussi commencer avec les fruits et légumes les plus simples à cultiver dont nous vous avons parlé dans cet article.

N’hésitez pas à nous partager vos meilleures astuces en commentaires.

5 vues, dont 0 aujourd'hui